2 February 2023

Relargage de nanomatériaux depuis les masques : lancement du projet RENAAME

Pour maintenir la protection des utilisateurs de masques et accompagner les acteurs du secteur vers des produits sûrs, le LNE, SCIENSANO et l’INRS ont lancé le 19 Janvier 2023 le projet RENAAME : RElargage de Nano-objets, leurs Agrégats et Agglomérats depuis les MasquEs.

Logo Renaame

Evaluer le potentiel de relargage en phase aérosol de NOAA

Le contexte pandémique a mis en avant la nécessité de disposer de masques (chirurgicaux, de protection respiratoire FFPx et à usage non sanitaire) pour réduire le risque de contamination. Pour la fabrication de ces différents types de masques, l’ajout de nanomatériaux représente une voie majeure d’innovation mais est aussi source de préoccupation sanitaire en lien avec une possible exposition par inhalation aux nano-objets, leurs agrégats et agglomérats (NOAA). Plusieurs masques contenant des NOAA ont d’ailleurs dû être retirés du marché suite à des interrogations quand à leur innocuité.

Ce sujet de préoccupation relativement émergent nécessite cependant de pouvoir disposer de méthodologies d’essais reconnues pour être en capacité de déterminer les risques éventuellement associés à l’utilisation de ces produits.

Disposer d'une méthode d'essais reconnue

Le projet RENAAME vise à développer et prénormaliser une méthodologie d’essais validée pour l’évaluation du potentiel relargage en phase aérosol de NOAA dans le cas de masques pour lesquels des nanomatériaux peuvent être déclarés ou impliqués dans leur fabrication. 

Les équipes du LNE seront mobilisées pour développer et valider une méthodologie de caractérisation des matériaux composant les masques. L’expertise et les moyens de la plateforme MONA seront mis à profit afin d’évaluer les caractéristiques des aérosols potentiellement émis lors du port des masques. Ces compétences seront complétées par celles de SCIENSANO et de l’INRS.

Le projet RENAAME ambitionne de développer une stratégie de classement des masques en fonction de leur pouvoir émissif, approche visant à apporter des informations quantitatives quant aux niveaux d’émission de NOAA lors de leur port. A l’issue du projet, cette approche méthodologique sera mise à disposition des autorités réglementaires et des instances de normalisation ainsi que des industriels souhaitant développer des matériaux filtrants vertueux en ce qui concerne ce risque d’émission de NOAA.

Ce projet d'une durée de 3 ans, est financé par le Programme National de Recherche Environnement Santé-Travail de l’ANSES avec le soutien des ministères chargés de l’environnement, de l’agriculture et du travail (ANSES-22-EST-023).

 

En savoir plus sur l'expertise du LNE dans le domaine des nanomatériaux

>> Evaluation de l'exposition aux NOAA

>> Prestations de LNE-Nanotech

>> Plateformes d'essais et de recherche