12 décembre 2019

Nanomatériaux et qualité de l'air au travail : le LNE sélectionné pour deux projets normatifs

Le Comité Technique de normalisation européen CEN/TC 137 « Evaluation de l'exposition aux agents chimiques et biologiques sur le lieu de travail » (1) a dans son périmètre l’évaluation de l’exposition professionnelle aux nanomatériaux sous la forme d’aérosols. A la demande de la Commission européenne, deux appels d’offres ont été lancé début 2019 pour réaliser des travaux préalables à la production de plusieurs documents normatifs adressant cette problématique.

 

Logo cenLe LNE, via son Institut LNE Nanotech, a été sélectionné dans les deux projets pour contribuer à ces initiatives européennes majeures, dans lesquelles l’INRS est également impliqué pour la France. Les réunions de lancement de ces travaux, qui devraient s’étaler sur une durée de 4 à 5 ans, avaient lieu fin novembre 2019 aux Pays-Bas.

Des travaux pour définir des protocoles harmonisés pour le prélèvement

Le premier projet concerne la définition de protocoles harmonisés pour le prélèvement de Nano-objets, de leurs Agglomérats et Agrégats (NOAAs) présents dans l’air et l’établissement de règles de comptage par microscopie électronique. Un inventaire des systèmes de prélèvement disponibles sur le marché et une revue des logiciels d’analyses d’images de microscopie et des approches mises en œuvre pour compter les NOAAs seront réalisés dans un premier temps. Leurs performances seront évaluées par rapport à des méthodes de référence de laboratoire (y compris celle du LNE) afin d’établir des recommandations dans une norme européenne. L’objectif est de fournir un protocole de référence pour les laboratoires qui réalisent des mesures d’exposition sur site.

Et des spécifications techniques européenne pour l’évaluation de capteurs

Le second projet vise à produire une spécification technique européenne (CEN/TS) dont l’objet sera l’évaluation des performances des capteurs bas coût disponibles sur le marché pour évaluer l’exposition professionnelle par inhalation aux NOAAs. Un inventaire des différents systèmes commercialisés sera réalisé par les partenaires du projet, avant que les performances des capteurs sélectionnés soient évaluées en laboratoire. Les limitations de chaque système seront évaluées en fonction du type de particules considérées, de leurs tailles, de leur concentration ou encore des conditions ambiantes (température, humidité relative). L’effet du vieillissement et de l’encrassement sera également pris en compte, afin de développer une stratégie de surveillance intégrant tous ces paramètres.

Il s’agit d’une confirmation supplémentaire de la reconnaissance de l’expertise des équipes du LNE

(1) Commission française  miroir AFNOR/X43C

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.