23 juin 2020

Photovoltaïque : cadastre solaire

A l’occasion de la Semaine européenne de l’énergie durable, qui se tient du 22 au 26 juin, le LNE vous propose de découvrir les travaux menés par nos équipes pour accompagner la transition écologique et l’efficacité énergétique. Aujourd’hui nous vous proposons d’en savoir plus sur l’énergie photovoltaïque et la nécessité des « cadastres solaires ».

Cadastre solaireAfin de rénover le modèle énergétique français, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE 2018) prévoit de doubler la capacité installée des énergies renouvelables, et de la porter à plus de 100 GW en 2028. Dans ce contexte, le solaire photovoltaïque jouera un rôle majeur aux côtés de l’éolien, passant de 7 GW aujourd’hui à plus de 40 GW en 2028.

L’enjeu est alors d’identifier les zones les mieux exposées au rayonnement solaire, en toiture et au sol, pour maximiser l’installation de panneaux photovoltaïques.

Afin d’identifier ces zones propices, une des solutions consiste à réaliser une étude de « cadastre solaire ». Elle vise à identifier les emplacements les mieux exposés et les meilleures cibles candidates pour un projet viable d’implantation photovoltaïque et/ou thermique à l’échelle de tout un territoire (EPCI, Syndicats d’Energies, Région…). Cette étude combine l’élaboration d’une carte du rayonnement solaire à haute résolution avec des études statistiques et discriminantes sur différentes cibles (toitures, pans de toitures, sites au sol…). Le modèle de calcul du cadastre solaire repose sur le principe d’évaluation du rayonnement solaire par voie aérienne en croisant les données du modèle 3D du territoire ou Modèle Numérique d’Elévation (MNE) avec les données climatologiques locales - notamment les positions solaires (rayonnement direct) et célestes (rayonnement diffus) tout au long de la journée et de l’année.

Le LNE accompagne les collectivités dans leurs Plans Climat-Air-Energie Territoriaux (PCAET), pour le déploiement du solaire photovoltaïque. Plusieurs collectivités françaises situées en régions Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Hauts-de-France et Grand-Est ont d’ores et déjà fait confiance au LNE pour mener des opérations de cadastres solaires.

En 2019-2020, le LNE a notamment accompagné la Région Grand Est qui lui a confié une mission concernant le potentiel solaire de son patrimoine immobilier, soit 317 sites représentant plus de 3 000 bâtiments sur 10 départements. En partenariat avec Enamo et Ad’Missions, le LNE a ainsi établi un cadastre solaire cartographiant l’ensoleillement annuel et mensuel de chaque établissement, puis évalué le productible photovoltaïque ainsi que l’opportunité d’installer une solution en toiture ou au sol (ombrières).

>> En savoir plus sur la Semaine européenne de l'énergie durable

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.