18 mois
Trappes (Île-de-France)
Réf. AP/PSAFE/DEC
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur LinkedIn
Post-doctorat

Développement d’une approche multidisciplinaire pour l’évaluation du risque chimique des NIAS issues des matériaux au contact des aliments F/H

Contexte et Missions 

L’impact environnemental des emballages est devenu une préoccupation majeure. L’économie circulaire va obliger les industriels à alléger les emballages, à les recycler et/ou à les réutiliser, tout en respectant les mêmes exigences en termes de sécurité sanitaire que pour les matériaux vierges. En plus de celles d'origine connue, les MCDA peuvent aussi contenir des Substances Non Intentionnelles (NIAS) (impuretés, produits de décomposition ou de réaction, contaminants issus de recyclage…), ayant une origine souvent inconnue et dont leur présence est non prévisible. La plupart des NIAS ne sont ni identifiées, ni quantifiées, et leur toxicité n’a pas été étudiée.

Leur migration peut entraîner un risque pour la santé humaine, elle doit donc être mesurée et contrôlée. Le règlement européen (EU) 10/2011 sur les matériaux plastiques exige également une évaluation du risque des NIAS, mais à ce jour il n’existe ni ligne directrice spécifique ni consensus scientifique rendant difficile leur évaluation et la gestion de leurs risques. De plus, des NIAS peuvent être présentes dans tous les emballages ; papiers-cartons, coatings, recyclés, ceux-ci pouvant céder encore plus de substances que leur équivalent vierge.

L’objectif du projet ANR « PackSafe » est de proposer une approche multidisciplinaire en combinant des biotests en complément de techniques analytiques et physico-chimiques sur l’ensemble des molécules qui migrent.

Dans le cadre du projet ANR « PackSafe », le LNE est impliqué dans plusieurs taches, notamment les analyses chimiques de matériaux au contact des aliments (MCDA).

Après la 1ère phase d’optimisation de méthodes de préparation des échantillons compatibles avec des biotests, 50 matériaux d’emballage (polymères et papier carton) commerciaux et leurs fractions devront être caractérisés par des méthodes chromatographiques (principalement GC/MS, HSGC/MS) et RMN 1H pour la mise en place des biotests.

Après avoir choisi les biotests les plus robustes et les plus adaptés, ces derniers seront appliqués sur les matériaux enrichis en NIAS dont leurs empreintes chimiques devront également être enregistrées.

Ces données de caractérisation seront stockées dans des bases de données spectrales, indispensables aux outils d’expert pour l’évaluation du risque des MCDA.

Vous serez en charge des missions suivantes sur la durée du projet  :

  • Rédaction de procédures
  • Réaliser des essais dans le cadre du projet ANR : interprétation et présentation des résultats obtenus
  • Contribuer aux livrables, rédaction de rapports
  • Participer aux réunions du projet
  • Elaborer le planning afin de respecter le timing du projet

 

Profil 

Diplômé.e d’un doctorat en chimie analytique (techniques chromatographiques GC/MS, HSGC/MS, spectroscopie RMN, etc.) ou génie des procédés, vous disposez idéalement d’une première expérience.

Anglais courant.

Vous maitrisez le pack office et disposez de connaissances en Maltab.

Vous êtes autonome et doté.e d’un fort sens collectif. Vous êtes reconnu.e pour votre rigueur, votre aisance relationnelle, vos capacités rédactionnelles et votre goût pour le travail d’équipe.

Au-delà de ce projet, d’autres missions ponctuelles pourront vous êtes confiées dans le cadre de la thématique des matériaux au contact dans une perspective de développement de nos activités, et en particulier la valorisation des résultats du projet sur le secteur marchand de l’activité..