OR

I'm looking for in the
March 20, 2020

[Semaine du cerveau] Mieux diagnostiquer la maladie d'Alzheimer grâce à la protéine Tau

A l’occasion de la Semaine du cerveau, nous vous proposons de découvrir les travaux du LNE sur la maladie d’Alzheimer et plus particulièrement sur l’étude de la protéine Tau.

Avec 860 000 personnes âgées de plus de 65 ans atteintes (selon l’OPEPS, Office parlementaire d’évaluation des politiques de santé), la maladie d’Alzheimer est au premier rang des maladies neurodégénératives en France, et constitue un enjeu de santé publique majeur. Dans de nombreux cas, le diagnostic est trop tardif et les techniques actuelles manquent encore de fiabilité, ce qui compromet la prise en charge des patients et l’évaluation de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Actuellement, le dosage de biomarqueurs présents dans le liquide céphalorachidien, comme la protéine Tau, est un bon indicateur précoce de l'apparition et de l'évolution de la maladie d'Alzheimer. Les chercheurs du LNE travaillent ainsi au développement de méthodes de dosage de cette protéine afin d’assurer une plus grande comparabilité des mesures des laboratoires d’analyse, rendant les analyses donc plus fiables pour les médecins.

Dans le cadre de ces travaux Vincent Delatour, expert en biomarqueurs au LNE, et ses collègues ont reçu un financement de 100 000 euros de la part de l’association France Alzheimer pour leurs recherches menées sur la protéine Tau en lien avec le CHU de Montpellier.

Découvrez, à l’occasion de la Semaine du cerveau, les travaux du LNE sur la maladie d’Alzheimer à travers un film réalisé par l’association France Alzheimer.

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.